Deutsch | Italiano | Français | English | Español | Português | Srpsko-hrvatski/Bosanski | Shqip | தமிழ் | Türkçe | العربية

Vivre au minimum vital

Le remboursement des dettes ou la réalisation d’éventuelles valeurs patrimoniales par l’Office des faillites n’est pas toujours la bonne solution. S’il n’y a pas de fortune ou de revenus susceptibles d’être saisis et si la vente de toutes les valeurs patrimoniales ne garantit ni un allègement ni une protection contre un nouvel endettement, on continue à vivre au seuil minimum d’existence avec des dettes.

Conseils en cas de vie au minimum vital

Informez les créanciers de la situation. Tentez de leur faire comprendre que d’autres poursuites ne leur apporteraient pas de nouvel avantage.

Payez toujours en priorité le loyer, les primes de l’assurance-maladie et les pensions alimentaires. Si vous ne le faites pas, vous vous exposez à des conséquences pénibles et à de grands désagréments à divers niveaux.

Cherchez des possibilités d’économiser et d’obtenir des prestations de tiers avec l’aide d’un bureau de consultation sociale.

Déposez votre déclaration d’impôt dans les délais. Vous pourrez ainsi éviter une amende, une taxation d’office sur des revenus que vous n’avez pas touchés, des dettes et pertes inutiles relatives à des subsides pour vos primes d’assurance-maladie.